• irenecrampes

Jour 41: A experimentar

Notre travail pour la restauration du récif (et ceci s'entend au sens large, il ne s'agit pas uniquement que des coraux mais de tout l'écosystème) consiste pour une large part à observer et expérimenter.


L'une de nos observations c'est que les poissons carnivores qui se délectent de polypes sont trop nombreux, leur prédateurs insuffisants (ce qui explique leur multiplication) et les poissons et crustacés herbivores à l'inverse trop peu présents.

Que faire pour y remédier?

Je vous ai déjà présenté certaines pistes de solution lorsque je vous ai parlé de la mise en place de nos pyramides de roches et de nos récifs artificiels qui favorisent la prolifération de la faune.

Seul défaut, cela favorise la prolifération de toute la faune... y compris donc celle qui est déjà sur-représentée.


Un autre souci observé, la "surpopulation" d'algues. J'ai déjà évoqué le problème de celles qui se développent directement sur les coraux et dont sont friands les poissons perroquets et autres poissons herbivores.

Certaines autres, qui se développent sur l'ensemble de l'enrochement constitué par l'ancien récif, produisent quant à elles une toxine néfaste pour les coraux. Un de nos alliés pour lutter contre cette algue et réduire sa présence à un niveau acceptable, c'est l'oursin diamant. Nous travaillons à sa prolifération, mais compte tenu de l'urgence, nous ne pouvons pas nous reposer exclusivement sur cette solution.


Si les oursins ne sont pas assez nombreux pour brouter efficacement les algues, il faut faire en sorte qu'elles se développent beaucoup moins. Et eurêka (enfin, si l'expérience porte ses fruits) nous avons peut être trouvé une idée!


Pour se développer les algues, comme tout végétal, a besoin de lumière .... Et si tout simplement on occultait l'accès à la lumière?

Et d'une manière qui favorise la faune herbivore... en utilisant ce que la nature elle même met à notre disposition.

C'est cette simple réflexion qui nous a conduit à créer un pare-soleil anti algues!

Dans un jardin, pour éviter les mauvaises herbes, on utilise le paillage... Et bien nous allons utiliser le palmage! (le mot n'existe pas, je l'invente !)

En dessous, la lumière est occultée, les algues ne peuvent plus effectuer leur photosynthèse...

Dans le réseau des palmes, les alevins viennent se réfugier et grandir jusqu'à pouvoir rejoindre leur habitat rocheux ou corallien.


Une large brassée de feuilles de palmes fermement assemblées et accrochée à un lest.

Il suffisait d'y penser y d'essayer.

Nous l'avons fait.


Il faudra évidemment patienter un peu pour connaitre le résultat de l'expérience sur les algues, mais 24h après nous avons déjà pu observer la présence d'alevins... des "bocayates" haemulon. Ces juveniles grandissent d'ordinaire dans les mangroves ou les herbiers avant de rejoindre le récif. Sachant que la mangrove est presque inexistante et que les herbiers ont disparu, notre expérience pour réduire les algues semble avoir un effet positif inattendu!


Dès qu'ils seront visibles à l'image, je vous montre...

Sur ce, à demain!!






5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout